Le jugement des ablutions sur les chaussettes

Ablution chaussette

En principe, le lavage des pieds est compris dans les ablutions en islam. En effet, Allah exhorte les musulmans à se laver les pieds jusqu’aux chevilles. Cependant, de nombreux hadiths font mention de l’ablution chaussette. Découvrons en détail ce que nous a enseigné le messager d’Allah ﷺ à propos de ce sujet.

Ablution chaussette : que disent les textes ?

Dans un hadith, Al-Mughîra Ibn Shu’ba raconte qu’il se trouvait en voyage, en compagnie de l’envoyé d’Allah. Il lui a tendu la main afin de lui retirer ses khoufs, terme arabe employé pour désigner des chaussettes en cuir. Mais le messager d’Allah ﷺ lui a demandé de les laisser, arguant le fait qu’il les avait enfilées alors que ses pieds étaient en état de pureté.

Le fait de passer ses mains mouillées sur ses khouf fait donc partie des choses licites en islam. Cet acte fait d’ailleurs l’objet d’un consensus entre les oulémas de notre communauté. Maintenant, on observe une divergence d’opinion entre les savants concernant l’ablution chaussette.

En effet, l’Imam Malik, l’Imam Chafi’i et l’Imam abû Hanifa ont déclaré qu’on ne doit pas le faire. Quant à l’imam Ahmad, ainsi que d’autres jurisconsultes anciens, ils considèrent cet acte toléré. Cependant, et là encore, on observe une divergence à propos de cette autorisation.

De nombreux compagnons ont pratiqué l’ablution chaussette. Parmi eux, il y a notamment : ‘Umar, Ibn Umar, Ali, Ammar, ibn Masoud, Anas, Bilal, Ibn Abû Awfa, Sahl ibn Sa’d, Abu Masoud al-Badri…

Dans « al-Mughni », Ibn Qudama a déclaré qu’à partir du moment où les sahabas ont passé leurs mains mouillées sur leurs chaussettes et que personne ne s’est opposé à ce geste, alors il s’agit d’un consensus.

De même qu’ils sont ceux qui nous ont transmis La description des ablutions et de la prière du Prophète ﷺ. Allah a même fait d’eux un exemple à suivre dans la mise en pratique des préceptes religieux.

Les conditions de l’ablution chaussette

On peut aussi souligner le fait qu’il n’existe pas une différence significative entre une chaussette de cuir et une version dites classiques. Cet acte revêt un caractère licite par consensus comme évoqué plus haut dans la parole d’Ibn Qudama.

Cependant, le fidèle doit respecter certaines conditions en passant ses mains dessus :

Il faut  mettre les chaussettes après avoir accompli ses ablutions de manière complète.

Ne pas les ôter en se déplacer ou autres et les préserver de toute souillure.

Pour une ablution chaussette valide, la chaussette doit être licite. Cela signifie que le fidèle ne doit pas passer ses mains mouillées sur des chaussettes qu’il aurait acquises par le biais d’un vol par exemple.

L’islam a également prononcé une interdiction pour les hommes quant au fait de porter de la soie. Certains savants ont également exigé une certaine épaisseur, de sorte que la peau n’apparaisse pas.

La divergence dans la jurisprudence

Cette question fait parfois l’objet de débats enflammés. Les musulmans ne doivent pas semer la discorde dans la Oumma sous prétexte d’une divergence entre les madhab. Les jurisconsultes qui ont rendu cet acte licite ont appuyé leur fatwa avec des hadiths, tandis que ceux qui considèrent qu’il s’agit d’un acte non autorisé en ont fait de même.

L’ablution chaussette fait tout de même partie de la Sounnah. En effet, la divergence repose sur le type de chaussettes et non pas sur le geste en lui-même.

Rupture de stock
4 avis
3,00 
2 avis
5,00 
Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur notre site web. En naviguant sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.