Livres sur le Dhikr

15 résultats affichés

12 avis
2,50 
2 avis
4,50 
4 avis
2,50 
1 avis
9,90 
1 avis
7,90 
1 avis
3,50 

Nous abordons ici le sujet sublime du dhikr. En effet cet acte précieux, le rappel d’Allah, c’est avant tout la vie du cœur.

Des évocations, mais aussi invocations de Sa grandeur qui amènent notre âme à la gratitude, l’apaisement et la douceur. On vous parle ici de ces magnifiques actes de la langue, du cœur et des membres.

Qu’est-ce que le dhikr précisément ? Quelle est la profondeur de son sens ? Quels en sont les avantages notamment ? Ou comment le faire précisément ? Donnons-nous les réponses ensemble afin d’en tirer l’immense récompense.

Qu’est-ce que le dhikr en arabe ?

Etymologiquement le terme dhikr signifie en arabe la remémoration de la chose. Autrement dit le fait de ne pas oublier, et d’en faire son évocation de façon incessante par la langue.

Il a même été expliqué que l’origine du mot dhikr en langue arabe signifie le fait d’avertir d’une chose. En d’autres termes faire le dhikr d’une chose à quelqu’un c’est l’avertir de cette chose précisément.

Voyons cependant ce que signifie le dhikr religieusement parlant.

Que signifie le dhikr en islam ?

Du point de vue religieux, le sens est assurément large. En effet, le mot dhikr en islam inclut de nombreux actes d’obéissance. Qui ont pour but de rapprocher le croyant d’Allah le Tout Puissant.

Celui-ci peut s’effectuer par le cœur, la langue et les membres. Ce qui prouve encore une fois, soit dit en passant, notre rôle ultime dans cette vie : adorer Allah, le Seul et L’unique.

Le dhikr renferme quelque chose de puissant et de profond. Qui font de lui un acte assurément indispensable, pour la vie du cœur de chaque musulman et musulmane.

Le sens profond de l’évocation

Le dhikr annule assurément l’oubli et l’indifférence. Allah Lui Même nous y enjoint pour notre propre bien. D’ailleurs, comme tout ce que Le Très Haut nous demande ou met à notre disposition dans ce qui nous entoure, ce n’est que bien, sans aucune exception.

Ainsi Allah subhanahu wa ta3la dit dans la traduction des sens rapprochés du verset 205 de la sourate Al A’raf ” Mentionne ton Seigneur en ton âme, avec humilité et crainte, et sans rien en manifester à haute voix, à l’aube et dans les moments de crépuscule, et ne sois point parmi ceux qui sont indifférents”.

Il s’agit d’une œuvre pure et remplie d’humilité qui est assurément le summum de la reconnaissance envers Allah l’exalté. En effet, Al-Baïhaqi rapporte sur l’autorité de Zayd b. Aslam que le prophète Moussa a dit :

“Seigneur, tu m’as comblé de bienfaits, montre-moi comment Te témoigner fréquemment de la gratitude.” Allah lui répondit : “En invoquant fréquemment mon Nom, tu Me témoignes fréquemment de la gratitude alors qu’en M’oubliant, tu Me témoignes de l’ingratitude.”

(Tradition rapporté par ibn Abi Hatim dans son ouvrage d’exégèse -tafsir- (1/261)).

Et pour exprimer sa gratitude le musulman dispose de sa langue, son cœur et ses membres comme nous le disions. Voyons précisément à quoi cela correspond.

Le dhikr avec le cœur

L’évocation d’Allah subhanahu wa ta3la par le cœur passe avant tout par la méditation et la contemplation. Pouvoir observer et s’émerveiller devant l’infinie beauté de tout ce qu’Il 3aza wajel, a créé.

Mais aussi de tous ces versets sublimes qu’Il ta3la a révélé. C’est assurément l’amour qui envahit alors le cœur du croyant.

L’amour et la crainte, envers Celui sans qui rien n’existerait. L’amour, la crainte mais aussi la confiance envers Celui dont la miséricorde dépasse tout ce que l’on ne peut même pas imaginer.

L’évocation par le cœur grandit assurément l’humilité et la gratitude de celui qui l’effectue. Dans l’unique but de grandir l’amour ressentit pour Le Seul Créateur de l’Humanité.

Le dhikr avec les membres

Il s’agit ici du fait de s’assujettir devant le Tout Puissant et L’unique. Cela passe notamment par le fait de s’humilier dans la salat ou tous cultes corporels que le musulman effectue avec sincérité et assiduité.

Celui de la langue

Ici on parle de l’évocation par la langue, dans le fait de perpétuer l’exaltation et la glorification d’Allah l’Unique Créateur de l’humanité.

Ce type d’évocation est donc le fait de demander, d’implorer et de s’humilier en parole en espérant Son Pardon par Son Immense miséricorde notamment. Mais cela désigne aussi toutes les invocations et évocations que peut prononcer le fidèle envers Allah L’Exalté.

En outre, les gens de science ont expliqué que l’acte de reconnaissance qu’est le dhikr se classait selon 3 différents degrés.

Les degrés du dhikr

En effet, c’est Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya qui nous explique que le dhikr est de 3 degrés.

Le premier désigne le dhikr apparent. En d’autres termes il s’agit de celui que l’on fait par le biais d’éloges, d’invocations ou de rappel sur le fait qu’Allah est Al Sami’ et Al Bassir.

Le deuxième degré consiste au dhikr de façon secrète et subtile. Qui revient à contempler Allah par sa création, et à s’adresser à Lui de façon intime.

Enfin, le troisième degré se désigne par le dhikr véritable. Qui revient à laisser contempler son évocation par Allah l’Exalté. En termes plus clairs, il s’agit du dhikr par Allah de Son serviteur.

Allah le mentionne parmi ceux qu’Il ta3la a élu et parmi ceux qu’Il 3aza wajel a qualifié pour être proches de Lui et pour invoquer Son nom. C’est ce que l’Imam Ibn Qayyîm al-jawziya nous explique comme dhikr véritable.

L’évocation : immenses bienfaits pour le croyant 

Le dhikr contient des bienfaits et avantages immenses. Parmi eux nous retiendrons notamment que le dhikr entraîne l’agrément d’Allah, attire la subsistance, dissipe les soucis et les angoisses du cœur, et lui procure l’illumination, la joie et l’allégresse.

En outre, le Dhikr illumine le visage et fortifie le cœur. Tout comme il est assurément invocateur de respect, d’aspect agréable et de douceur.

Et pour que vous gouttiez à ce délice qu’est le dhikr, on termine en vous donnant un exemple pour pouvoir le savourer.

Comment faire du dhikr ?

Il y a comme nous l’avons vu différentes façons d’exprimer le dhikr et différentes manières de l’effectuer. Ici nous avons décidé de vous parler de celui que l’on peut notamment faire après avoir prié.

Comment effectuer le dhikr 33 fois ?

Pour effectuer le dhikr 33 fois, voici comment procéder. L’objectif est de prononcer :  سبحان الله – SubhanAllah (33 fois), puis الحمد لله – al hamduliLlah (33 fois), et enfin الله أكبر – Allahu Akbar (33 fois) et de le comptabiliser sur vos phalanges.

Pour se faire, vous prendrez le bout de votre pouce pour compter sur chacune de vos phalanges. Le pouce partira de la phalange la plus basse de l’auriculaire et remontra jusqu’à lui-même.

Et au moment de compter sur votre pouce vous utiliserez alors votre index.

Une fois toutes les phalanges comptabilisées dans le sens des aiguilles d’une montre, il vous suffit de faire exactement la même chose dans l’autre sens.

Et ceci jusqu’à revenir sur la dernière phalange de votre auriculaire. Ainsi vous aurez donc prononcé 30 fois la glorification. Pour compléter aux 33 fois, il vous suffit de le faire uniquement sur les 3 phalanges de votre petit doigt. 

Vous n’aurez plus qu’à répéter cette action pour chacune des formulations à dire à savoir : سبحان الله SubhanAllah, puis الحمد لله – al hamduliLlah, et enfin الله أكبر – Allahu Akbar.

Comment effectuer la clôture du dhikr 33 fois ?

Et pour clôturer ce “dhikr 33 fois”, vous devrez prononcer :

لاإله إلا الله وحده لا شريك له له الملك وله الحمد وهو على كل شئ قدير .

En phonétique :” la ilaha illa Llahu wahdahu la sharika lah, lahu l mulku wa lahu l hamdu wa huwa ‘ala kulli chay in Qadir”.

Et tout ceci conformément au hadith rapporté par Abou Hourayrah, qu’Allah l’agrée.

En effet, le Prophète a dit : « Celui qui, après chaque prière, dit subhanAllah 33 fois, al hamdulliLLah 33 fois, Allahu Akbar 33 fois puis complète la centaine en disant :

« Il n’y a de divinité digne d’être adorée qu’Allah, Seul sans associé, à Lui appartiennent la royauté et les louanges et Il est capable de toute chose », ses péchés seront pardonnés, même s’ils sont comme l’écume de la mer. »

Rapporté par Muslim, authentifié par cheikh al Albani (As-Sahiha 100).

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur notre site web. En naviguant sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.