Le jugement de la fausse couche en islam

Fausse couche en islam

Sans nul doute, la perte d’un être cher fait partie des épreuves les plus difficiles de cette vie. Et toutes les Louanges reviennent à Allah. Le cas du parent qui perd son enfant est une douleur qui ne s’explique pas. Nous allons aborder ici le cas de la fausse couche islam et notamment les jugements relatifs à ce cas.

Une fausse couche c’est quoi ? 

La fausse couche désigne l’interruption spontanée de grossesse qui a lieu au cours des 5 premiers mois. 

Celle-ci se constate notamment par des saignements accompagnés de douleurs dans le bas ventre. Les fausses couches sont bien souvent dues à des anomalies génétiques de l’embryon ou encore, elles peuvent être liées à des problèmes de santé de la maman du bébé.

En outre, elles peuvent aussi être dues à une infection ou encore à une substance nocive consommée par la mère du petit. Alors que dit l’islam à son sujet ?

La fausse couche islam : que dit notre religion ? 

Bien évidemment il convient de garder à l’esprit que tout ce qui vient d’Allah n’est que Sagesse. Et que certes, c’est à Allah que nous appartenons et c’est vers lui que nous retournons.

La fausse couche en islam désigne le fait que l’embryon perde la vie alors même qu’il se trouve dans le ventre de sa mère. Mais l’on différencie malgré cela deux cas de fausse couche en islam.

En effet, l’islam différencie le cas de la fausse couche d’un embryon non formé. Avec le cas de l’embryon clairement formé. 

Ceci afin, qu’aux vues des écoulements de sang que cela engendre, le jugement de la prière de la femme dans le cas de la fausse couche islam soit claire. Afin que ce sujet soit des plus simples et limpides. Pour toutes les musulmanes qui affronte une des plus dures épreuves de cette vie.

La prière de la femme en islam ayant subi une fausse couche 

En effet, dans les deux cas de figures que nous venons d’évoquer, le jugement relatif au fait de prier diffère.

Ainsi, si la fausse couche islam concerne un embryon non formé, le sang qui s’écoule ne se considère pas comme un sang d’accouchement. 

De ce fait, la femme continuera ses adorations, tels que jeûner ou prier, sans aucune interruption.

En revanche si la croyante est dans le cas d’une fausse couche islam avec un embryon de forme claire, alors le sang qui s’écoule se considère comme lochies. Et le jugement sera donc le même que celles-ci. La femme ne pourra donc pas jeûner ni prier. Et ceci pendant toute la période de l’écoulement du sang.

Enfin, il est important de savoir que la femme devra faire les ablutions avant chaque prière. Et devra se protéger avec un tissu, un morceau de coton ou une serviette avant de l’accomplir.

Enfin, nous adressons à nos sœurs et frères éprouvés par la perte d’un enfant, un profond soutient. Et nous demandons à Allah Le Très Haut de leur accorder une belle patience ainsi que de soulager leur peine. Et nous finirons par un sublime et émouvant rappel.

Rappel sur la mort d’un fœtus

L’Imam Ibn Majah rapporte un très émouvant hadith dans ses Sunnans. En effet, il rapporte d’après Mu’adh ibn Jabal qui rapporte que le Prophète ﷺ a dit :

“Par Celui qui tient mon âme dans Ses mains, il ne fait aucun doute que le fœtus mort-né fera rentrer sa mère au Paradis par le cordon ombilical si elle l’accepte (c’est-à-dire si elle patiente dans cette épreuve en espérant la récompense divine).”

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur notre site web. En naviguant sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.