Le jugement d’interrompre la prière en cas de danger

interrompre la prière en cas de danger

La prière, qui fait partie des cinq piliers de l’islam, est un acte d’adoration fondamental en islam. Certains jurisconsultes voient même dans son délaissement un acte de mécréance. Le fidèle doit s’en acquitter selon les recommandations du messager d’Allah ﷺ. Peut-on interrompre la prière en cas de danger ? Ici, tentons de déterminer les cas de figure dans lesquels le musulman peut sortir de la salat.

Interrompre la prière en cas de danger : que dit la législation islamique ?

Les gens de science reconnaissent de manière unanime le fait qu’il est formellement interdit de quitter la prière obligatoire intentionnellement sans la présence d’une raison valable. Cet acte représente une forme de désinvolture vis-à-vis de ce culte. Il néglige également son caractère sacré. Or, Allah nous enjoint de ne pas rendre nos actes vains.

Concernant les prières surérogatoires, les malékites et les hanafites considèrent qu’on ne peut l’interrompre malgré tout.

Selon eux, son jugement ne diffère pas de celui prononcé par l’unanimité des savants concernant la prière obligatoire. Quant aux deux autres madhab, ils considèrent qu’on peut interrompre la prière en cas de danger. Toutefois, ils recommandent fortement de ne pas le faire.

De nombreux athar démontrent et paroles de gens de science anciens démontrent qu’on peut interrompre la prière en cas de danger.

Les savants s’appuient notamment sur le verset dans lequel Allah nous décourage de nous jeter dans la destruction. En cas de danger, le imam doit arrêter la prière. S’il ne le fait pas, il a certes commis un péché.

Interrompre la prière en cas de danger : deux poids, deux mesures

Les oulémas ont également affirmé qu’on peut seulement arrêter la prière à l’appel du messager d’Allah. Il s’agit d’une de ses particularités. Mais ce cas de figure ne nous concerne pas car le prophète Muhammad, que la paix et la bénédiction soient sur lui, ne fait pas partie de notre époque.

Un jour, le messager d’Allah a appelé un compagnon du nom d’Abou Said. Celui-ci a attendu d’achever sa prière pour lui répondre. Puis, le messager d’Allah ﷺ l’a interrogé à propos du fait qu’il ne lui ait pas répondu. Puis, il lui a rappelé le verset d’Allah dans lequel Il nous ordonne de Lui répondre ainsi qu’aux prophètes.

La permission d’interrompre la prière en cas de danger s’applique selon les situations. Le fidèle doit quitter la prière en cas de nécessité et non pas pour des futilités. Le musulman ne doit pas négliger le caractère fondamental dans la salât.

Quitter la prière obligatoire n’est pas un acte anodin. Il ne doit pas se reproduire fréquemment, mais il s’agit plutôt d’une exception.

Ne pas provoquer sa perte

En islam, le croyant ne doit pas provoquer sa propre destruction. Ce principe s’applique dans tous les aspects de notre vie. Il doit notamment conserver sa santé et ne pas se laisser mourir.

S’il craint pour sa survit durant la salat, il a tout à fait le droit d’interrompre la prière en cas de danger. En procédant de la sorte, il se conforme aux injonctions d’Allah.

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur notre site web. En naviguant sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.